CHILOE

Durant ces derniers jours en van, avec la pluie et un moral en légère baisse, nous nous sommes posés la question d’aller à Chiloé ou non. Finalement, pour suivre notre idée principale et comme pour tout le reste de notre voyage, nous ne voulons rien regretter et nous souhaitons voir un maximum de chaque région d’un pays que nous visitons. Résultat, un rayon de soleil a suffit à nous convaincre de passer deux jours sur la petite Île de Chiloé.
L’Île se situe entre l’Océan Pacifique et les Golfes d’Ancud et Corcovado la partie Sud du Chili. Elle compte environ 155 000 habitants pour une superficie de 8 394 km². Voilà maintenant qu’on connait la géographie de ce petit bout de terre, nous allons pouvoir nous intéresser à ce qu’elle a à nous offrir.
Chiloé est une île dont la plus grande ville est Castro et qui vit principalement de la pêche, de l’agriculture et du tourisme. Comme toute île, elle bénéficie d’un climat changeant très rapidement, autant te dire qu’il faut profiter de chaque rayon de soleil comme si c’était le dernier… Et nous concernant, il me semble que ce fût le dernier avant notre arrivée à Santiago, 8 jours plus tard.
Pour accéder à Chiloé, deux choix s’offrent à toi : prendre un ferry depuis la fin de la route 5 qui vient de Puerto Montt et arriver par le Nord de l’Île, ou bien, prendre le ferry depuis Chaitén sur la Carretera Australe. Cette dernière solution, qui nous semblait très pratique pour nous éviter des détours, s’est avérée complètement hors du budget – on parle ici d’environ 200€ de traversée. Du coup comme tu le sais déjà puisque tu nous lis assidument, nous sommes passés par Puerto Montt et avons prit le ferry au bout de la route 5. C’est l’occasion pour nous de découvrir que la route – que l’on peut considérer comme une auto-rapido-route – est payante et ce sur tout notre parcourt, de Puerto Montt à Santiago, c’était pas prévu et ça fait mal au budget à coup de 5 000 CLP tous les 40 km environ.
Bref revenons à nos moutons, nous embarquons sur le ferry pour une traversée d’environ 15min – coût 12 600 CLP pour la voiture et deux personnes. Le bateau nous débarque à Chacao. Après un bref coup d’oeil au routard, nous décidons de nous diriger vers Ancud, deuxième plus grande ville de Chiloé, puis nous décidons de traverser l’Île pour nous rendre le soir même à Castro. Le lendemain, la pluie étant de retour, nous préférons quitter Chiloé et prenons le temps de faire quelques villages alentours pour visiter les emblématiques églises dont regorge l’Île.

 

Aucud

Nous pensions découvrir une petite ville insulaire pleine de charme, au lieu de quoi nous découvrons une petite ville bien animée mais sans trop peps – fallait trouver un synonyme de charme, j’ai fait comme j’ai pu. Nous en profitons surtout pour faire un tour au Fort San Antonio qui offre une vue sur la baie.
Du reste, nous ne trouvons pas ce que l’on était venu chercher à Chiloé, des petits villages de pêcheurs colorés avec leurs maisons sur pilotis.
Nous prenons la direction de Castro avec l’espoir d’y arriver pour midi et de pouvoir se faire un super resto. Oui mais sans compter sur notre cher et tendre van qui décide de crever à ce moment la. Et là, tu te dis, heureusement qu’il nous fait le coup maintenant que l’on sur une belle route, plutôt qu’au milieu des nids de poules ou dans la boue. Après remplacement de la roue, et quelques coups de stresse car Rémy a bien faillit le faire basculer dans le fossé – ça c’est ma version des faits, si c’était lui qui avait écrit cet article, il t’aurait dit que comme d’habitude j’ai paniqué pour rien du tout et que jamais de la vie le van n’allait se renverser puisque presque tous les pneus touchaient le sol… – nous nous sommes rendus compte qu’il ne s’agissait pas d’une crevaison mais d’un sous gonflage… C’est donc une super nouvelle pour nous car cela signifie que nous n’aurons pas de pneu à racheter.

 

Castro

Après notre petit déboire, nous sommes affamés et débarquons à Castro avec la ferme intention de se faire plaisir et de s’offrir un bon restaurant car après tout, on l’a bien mérité ! On épluche les resto conseillés par le routard et on s’en dégote un plutôt bien et où l’on peut apprécier la cuisine locale.
Une fois rassasiés, nous filons découvrir la petite ville de Castro. Avec ses maisons de pêcheurs sur pilotis, Castro a enfin le charme que l’on attendait. On se plait à flanner dans les rues et jusqu’à la place principale avec son église de bois peinte en jaune.
Trouver une douche et garer son van pour nuit à Castro relève pratiquement de l’impossible. En effet, à cette époque de l’année, tous les campings sont fermés. Nous faisons donc une croix sur la douche et dégotons un spot pour passer la nuit à une grosse demi-heure de Castro en route vers le petit village de Tenaun donc l’église est classé au patrimoine de l’UNESCO et dont le routard vante la beauté intérieure.
Ce n’est malheureusement pas concluant car l’église est fermée et si l’on veut la visiter c’est de 11h à 12h30 et de 14h à 16h, mais pour cela il faut demander la clé au gardien dont l’adresse est indiquée à l’entrée de l’édifice. Il est 10h, la pluie commence à arriver, nous faisons un bref tour dans le village et partons avant même 11h, car il n’y a pas âme qui vive et aucun café pour nous faire patienter. Echec total.
Le petit village de Castro valait bien de faire ce petit détour de deux jours, mais la météo n’étant malheureusement pas de notre côté, nous n’avons pas pu profiter d’avantage de cette petite Île de Chiloé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :