USHUAIA

Fini le climat Polynésien, nous débarquons sur le continent Sud Américain dans le froid austral d’Ushuaia, réputée la ville la plus australe du Monde et autoproclamée Fin Del Mundo – Fin du Monde pour les non bilingue espagnol. En réalité, il existe une autre petite ville encore plus au Sud, nommée Puerto Williams et qui appartient au Chili. Pour des raisons budgétaires –  ça coûte plus que la peau du cul pour te dire –  nous n’avons pas pu nous y rendre et avons choisi de poser nos bagages pour quelques jours à Ushuaia.
A cette période de l’année (début mai), tout le monde nous a traité de gros tarés d’aller là-bas, car c’est le début de l’hiver et tu te doutes bien qu’un automne à Ushuaia n’est pas le même qu’à Antibes. Mais nous étions préparés, motivés et surtout cette destination était à notre sens un incontournable de notre Tour du Monde car c’est certainement un endroit où nous n’irions pas en vacances pour 2-3 semaines. Pour être honnête avec toi, il n’a pas fait aussi froid qu’on s’y attendait, du coup l’expérience était encore plus appréciable.

 

La ville

Comme beaucoup de personne, nous avons d’abord été déçu par la ville en elle-même. En effet, je m’attendais à une petite ville colorée à l’image des maisons que l’on pourrait trouver dans les pays nordique, mais il n’en est rien. Il n’y a pas de réel centre, seulement une rue principale qui regroupe les restaurants et les boutiques de souvenirs.
Mais à Ushuaia il y a une atmosphère que tu ne retrouves nul part ailleurs. Peut-être est-ce cette luminosité si particulière, comme si le soleil était entrain de se coucher toute la journée. Une couleur orangée envahie le ciel et donne une toute autre dimension aux montagnes alentours et au Canal de Beagle.
Impossible de ne pas faire le tour touristique en se rendant aux différentes attractions de la ville comme les grandes lettres indiquant USHUAIA avec le port en toile de fond, ou encore le célèbre panneau indiquant Ushuaia Fin Del Mundo.
Une balade sur la péninsule vaut également le détour car on a une vue “depuis la mer” sur Ushuaia et ses montagnes.
Mais la véritable attraction de notre séjour aura été les magiques gréments présents dans le port pour l’occasion de leur tour du Monde. Des trois mats – fin comme des oiseaux hisse et ho – navire école ont jeté l’ancre à Ushuaia et ont rendu l’endroit encore plus magique qu’il ne l’est. Le dimanche, toute la ville était réunie sur le quai pour pouvoir approcher de plus près ses bâtiments et faire la queue pour pouvoir monter à bord. On t’avoue qu’on a passé notre tour sur ce coup là car bien trop froid pour rester planter des heures en file indienne – on a dit qu’il ne faisait pas SI froid mais il fait froid quand même hein ! En revanche, nous avons apprécier flâner le long de ces vieux bateaux chargés d’histoire avec en toile de fond le massif montagneux enneigé.
Bon le froid ça creuse et apparemment la spécialité du coin c’est le King Crab, alors on ne se fait pas prier et on se dégote un super resto – un peu cher mais c’est pas tous les jours qu’on est au bout du Monde – histoire de déguster comme il se doit le fameux crabe. C’est au Villaggio que nous glissons nos pieds sous la table. Un vrai délice, nous dégustons des cassolettes de King Crab accompagnées de vin blanc et pour la première fois nous passons la commande en espagnol –  et on s’en est plutôt bien tiré pour des non hispanophones.  Nous nous faisons la réflexion que pour la première fois depuis notre départ de France, nous avons un service digne de ce nom et franchement ça fait plaisir quand tu casses ta tirelire de backpacker.

Enfin, impossible de repartir du bout du Monde sans un tampon souvenir pour attester qu’on y est allé ! C’est à l’office du tourisme que tu trouveras ton bonheur. En effet, ils disposes d’au moins 10 tampons différents et te laisse le choix, je te l’avais dit que tu trouverais ton bonheur !

 

Tierra del Fuego

Ushuaia Terre de feu – ou Tierra del Fuego en espagnol – c’est aussi comme ça qu’on la nomme. La Terre de Feu est un parc à cheval entre l’Argentine et le Chili. Je ne sais pas ce que tu peux imaginer de cette endroit mais personnellement nous avons été surpris car nous nous attentions pas à ça. A quoi nous attendions nous, je ne sais pas exactement, peut-être des étendues dépourvue de végétation, un terrain hostile à l’homme inspirant ce nom un peu mystique.
Bon en réalité il n’en est rien c’est un parc très arborés avec des cimes enneigés et une vue imprenable sur le Canal de Beagle. Son nom vient en réalité de l’explorateur Fernand de Magellan qui passaient par là à l’époque et qui voyaient des feux allumés par la population locale depuis l’océan.
Il est possible et fortement recommandé d’y randonner, à la journée ou sur plusieurs jours. Vu le froid glacial, nous ne sommes pas vraiment tenté par l’expérience tente en Terre de Feu, nous optons donc pour une randonnée à la journée.
A cette époque de l’année (automne – hiver), le parc est fermé, ce qui signifie que l’entrée est gratuite. Des navettes font les allers et retours depuis le port – près de la station essence – pour t’emmener à 12km de la ville, à l’entrée du parc.
De là, quatre randonnée sont proposées :

Pampa Alta Trail – petite randonnée de 1h offrant un point de vue sur le Canal de Beagle et la rivière Pipo.

Costera Trail – randonnée de 4h suivant la côte le long du Canal de Beagle et la Baie Lapataia pouvant se poursuivre jusqu’au bout de la Panaméricaine.

Hito XXIV Trail – randonnée de 3h le long du Lac Roca à la frontière avec le Chili.

Cerro Guanaco Trail – randonnée de 4h jusqu’au sommet offrant une vue d’ensemble sur le parc et le Canal de Beagle.

La randonnée du Cerro Guanaco nous avait été fortement recommandée par plusieurs bloggeurs, seulement en hors saison le bus pour la Terre de Feu nous y emmène à 10h et repart à 17h, ce qui ne nous laissait pas suffisamment de temps pour faire le trek surtout que le terrain est réputé pour être glissant et que pour le coup il était enneigé. Je sais tu as l’impression que je nous trouve des excuses mais je t’assure qu’on voulait le faire !
Bref, nous nous sommes rabattus sur la Costera Trail qui nous a beaucoup plu. En effet, le chemin longe le Canal de Beagle et offre des perspectives superbes sur les îles Estorbo et Redonda ainsi que sur la réserve naturel strictement interdite au public qui se trouve de l’autre côté de la Baie Lapataia. La randonnée est plutôt facile avec quasiment aucun dénivelé. Nous traversons des forêts habitées de Piverts à la mèche bien peignée, des bords de plage aux multiples oiseaux. On pourrait plus appeler ça balade que randonnée d’ailleurs.
Arrivés à la fin de la Costera Trail, nous choisissons de poursuivre notre chemin sur la fin de la route 3 qui est également la fin de la fameuse Panaméricaine, rejoignant Ushuaia à l’Alaska – 17 848 km.

Nota : Durant la saison estivale, et même durant la saison hivernale si tu es motivé, il est possible de camper gratuitement dans le parc et ainsi tu peux passer plusieurs jours à sillonner les différentes randonnées et t’imprégner un maximum du bout du Monde.

 

Autres activités

Ils existent d’autres activités que nous n’avons pas fait car nous les avons trouvé soit trop cher, soit trop compliqué d’accès, je m’explique. Il existe des randonnées à quelques kilomètre à l’Est de Ushuaia, qui nécessitent de s’y rendre par taxis ou bien par une technique qui marche à la perfection ici, j’ai nommé le STOP. Seulement voilà, nous ne parlons aucun mot d’espagnol et à notre sens le STOP n’est pas uniquement un moyen de se déplacer gratuitement, c’est surtout un moyen d’entrer en contact avec la population locale et d’en apprendre un peu plus sur eux. Du coup, nous avons renoncé à nous rendre aux Lagunas …
Une autre activité phare est l’excursion en bateau pour voir le phare des Éclaireurs. Cette fois-ci c’est le prix qui nous a un peu rebuté (environ 50€/personne).
Enfin, il y a le Glacier Martial très facile d’accès – environ 1h de marche – à l’arrière de la ville. Bon là on n’a aucune excuse, à par la flemme. Oui même dans des endroits comme celui-ci on peut ne pas être motivés ! D’abord parce que le temps n’était pas radieux, qu’il faisait froid et que crois-le ou non, changer de continent, d’habitude, de culture et de langue bein ça fatigue. Et du coup tout ça mis bout à bout nous avons juste profité de la ville et pour une fois nous n’avons pas couru partout pour tout faire, simplement prendre le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :