LE COEUR DE L’ÎLE DU NORD

Considérée comme le cœur de la culture Maori, la région du centre du l’Île du Nord avec les villes de Rotorua et Taupo nous révèle ses secrets au grès de notre périple. En effet, cette partie du pays est aussi un lieu géothermique incroyable qui a également donné quelques richesses naturelles et des croyances aux premiers peuples qui vivaient ici. Un petit détour vers Hobbiton nous permet également de nous plonger intégralement dans l’univers du Seigneur des Anneaux. Aller, en route au cœur de de l’Île du Nord.

Taupo

Une autre petite ville, comme il y en a beaucoup, nichée au bord de son lac éponyme. La particularité de celui-ci ? Il s’agit d’une caldeira – ancien cratère affaissé d’un volcan éteint – qui s’est remplie des eaux de pluies et des rivières qui viennent s’y échouer et qui forment aujourd’hui le plus grand lac de la Nouvelle Zélande avec ses 616 km² de superficie. Pour te donner une idée, il est plus grand que le Lac Léman, notre plus grand lac Européen.
Afin de nous imprégner de la culture Maori qui règne dans cette région, nous décidons de nous rendre au plus près d’une gravure qui illustre quelques symboles fondamentaux Maori. La gravure n’étant pas visible depuis la terre, il faut trouver un moyen pour s’y rendre depuis le lac. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à toi. Un bateau à moteur dans un style XIXème siècle amènent une petite trentaine de visiteurs au lieu que l’on nomme Ngatoroirangi.
Une autre embarcation ressemblant à un voilier d’époque propose le même trajet et tu pourras également t’y rendre par la force de tes bras en louant un kayak. Bien sûr, tous les tarifs diffèrent en fonction du type d’excursion et de l’heure de départ. De notre côté ça sera bateau à moteur.

Après une petite demi heure de navigation, nous atteignons le but de notre visite. Une imposante gravure de 14m de haut, taillée à même la falaise plongeant directement dans les eaux du lac. A notre grand désespoir – le mot est exagéré mais c’est l’expression qui veut ça – cette œuvre n’est en réalité pas d’époque. Elle fût réalisée à la fin des années 70.
Sur les roches en contre bas se trouvent d’autres sculptures représentant des animaux mythiques et de personnages directement façonnés sur les rochers existants.
La petite balade sur les eaux tranquilles du lac est assez agréable mais nous sommes un peu déçu d’apprendre que cette œuvre n’est pas directement issue d’une population Maori ancestrale, mais le travail reste néanmoins remarquable.
Aller, après cet effort intense, on file se détendre dans les eaux chaudes d’une source qui jaillie du sol et qui vient se mélanger à la rivière. En effet, non loin du centre ville, dans un petit parc, nous trouvons un endroit très particulier car une source d’eau chaude vient s’écouler dans des bassins naturels. Sans hésiter, nous y plongeons. La température peut atteindre plus de 40°Celsius par endroit alors il faudra trouver le bonne équilibre entre eau chaude provenant des sols volcaniques et eau fraiche de la rivière qui coule juste au dessous des bassins. C’est très agréable de se baigner dans ces eaux claires alors que le temps est nuageux voir même pluvieux par moment.
De l’eau et encore de l’eau, mais où va donc toute cette eau ? Et bien cet immense lac se déverse en contre bas par une étroite gorge que l’on appelle Huka Falls. Ca ressemble un peu plus à un rapide super rapide mais ils ont préféré appeler ça “cascade”. La vitesse du courant et le débit sont impressionnants. En l’espace d’une seconde, il ne s’écoule pas moins de 200m3 d’eau d’un bleu cristallin. Soit une piscine olympique toutes les 12 secondes. Je n’aimerais pas me retrouver la dedans – quoi que en hydrospeed ça doit être cool, ça tente quelqu’un ?

Rotorua

Sur la route en direction de Rotorua, nous nous trouvons dans le coin le plus géothermique du pays. On aperçoit des vapeurs tout droit sorties du sol et des centrales d’énergie géothermique au bord de la route. pas de doute, nous nous rapprochons de Wai-O-Tapu où nous allons passer quelques heures afin de découvrir le travail d’une terre volcanique en activité. Wai-O-Tapu n’est pas le seul site que l’on peut visiter dans les environs mais c’est celui que nous avons choisi. Un circuit pédestre d’environ 3 heures permet de faire le tour de plusieurs sites distincts. On passe devant de nombreuses cavités tapissées de différentes couleurs presque surnaturelles et dotées d’une marre bouillonnante.

Grâce au petit dépliant donné à l’entrée du parc, on en apprend un peu plus sur la formation de ce site et sur les différents matériaux que l’on peut observer à l’état liquide et solide. Ensuit on longe un lac multicolore pour descendre le long d’une rivière fumante formant un escalier naturel.
Le clou du spectacle étant la très célèbre “champagne pool” qui se détache des autres sites par sa couleur très particulière et la vapeur qui s’y dégage. Par temps ensoleillé, ce bassin offre de superbes photos avec une palette de couleurs invraisemblables.
En visitant ce site géothermique, on ne sent pas très à l’aise. On a l’impression d’être en terrain hostile et que l’homme n’a pas sa place ici. Les odeurs de souffre, les fumées, les bains bouillonnants sont en général des signes qui ne trompent pas : ATTENTION DANGER. Pour finir, une petite curiosité de la nature avec le “green lake”. Promis les photos ne sont pas retouchées, c’est la vraie couleur de cette étendue d’eau bourrée d’arsenic qui lui donne cette teinte.

Nous ne sommes pas restés bien longtemps dans la ville de Rotorua qui encore une fois se trouve au bord d’un lac. J’ai l’impression que les Néo-Zélandais n’aiment pas se trouver trop loin d’une étendue d’eau. Nous avons seulement fait un petite bain de pieds dans les bassins municipaux disséminés dans le parc en se délectant de la délicieuse odeur de souffre qui plane sur toute la ville.

Hobbiton

On en fini avec le côté volcanique pour nous diriger vers le côté fantastique de l’épopée du Seigneur des Anneaux avec le très célèbre village de Hobbits. Mais avant cela, un petit stop sur la route pour une courte promenade longeant une rivière nous immergent presque dans le monde de Frodon avant même d’entrer dans la Comté. Pour s’y rendre il faut faire un léger détour de la route principale et surtout suivre l’itinéraire Maps.me après avoir recherché les “Blue Springs”. Un parking est situé sur Leslie Road. Pour l’atteindre, il faudra marcher quelques minutes avant de tomber sur ce ruisseau riche en végétation aquatique filtrant au passage l’eau qui est d’une clarté incroyable. C’est un lieu très peu connu des voyageurs, reposant et surprenant. La journée commence de la plus belle des manières avec cette découverte inattendue.
Nous voilà enfin au pays des petits hommes au grands pieds poilus : Hobbiton Movie Set. C’est l’attraction touristique phare du coin. La réservation et le paiement de l’entrée du parc se fait sur internet à l’avance. En effet, il te faudra faire un choix sur l’heure et le jour de ta visite car celle-ci se déroule par groupe d’une quarantaine de personnes accompagnées d’un guide qui nous expliquera les différentes anecdotes liées aux trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit. Donc tout le monde dans le bus et rejoignons la Comté.
La visite est ponctuée de plusieurs arrêts devant les devantures de maison de hobbits – trou de hobbit – avec quelques explications sur les techniques de tournage et de construction des décors, les différentes scènes tournées à certains endroits précis.
On nous explique notamment que la totalité du site actuel a été détruit à la suite de la trilogie du Seigneur des Anneaux car le réalisateur ne souhaitait laisser aucune trace et préserver intact les sites de tournage. Puis le village a été totalement reconstruit, de manière définitive cette fois-ci pour la trilogie du Hobbit. Une aubaine pour le propriétaire des lieux qui fait payer la visite du site 79$NZ par personne.
Parmi les anecdotes les plus amusantes, on découvre que l’arbre posé au dessus du trou de Frodon – Cul de Sac – est un faux. L’original, utilisé dans la première trilogie étant mort, les équipes technique ont du reproduire cet arbre avec des moulages d’un vrai chêne dans ses moindres détails. De plus, la trilogie du Hobbit se déroulant environ 100 ans avant celle du Seigneur des Anneaux, les techniciens ont reproduit le fameux arbre rajeuni d’un siècle afin d’éviter les faux raccords avec les films précédents. Pour le rendre encore plus réaliste, chacune des feuilles – 200 000 – ont été spécialement fabriquées et importées de Taïwan puis posées une à une sur les branches.
De plus, lorsque le réalisateur – Peter Jackson – arrive sur les lieux du tournage, il n’est pas satisfait de la couleur des feuilles, il fera repeindre chacune d’elles à la main à quelques jours seulement avant les premières prises.  Lors de la visite, des pauses photos sont organisées et à la fin du parcours, une dégustation de bière est proposée dans le “Dragon Vert”, la fameuse taverne de la Comté.
Nous ne sommes pas des fans invétérés, et en toute franchise, nous avons trouvé que la manière de visiter ce site fait penser à de l’abattage de touristes à la chaîne mais les décors, tous naturels, sont de qualité, nous sommes vite plongés dans l’ambiance champêtre des hobbits et inconsciemment on cherche à se rappeler des scènes des films pour se mettre dans la peau d’un Sake. La bière et le cidre en fin de visite sont aussi très appréciables.

0 Comments

Add yours →

One Pingback

  1. COROMANDEL | PANTAIÀ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :