FRONTIÈRE LAOS – CAMBODGE

Passer la frontière entre le Laos et le Cambodge c’est comme partir au combat. Il faut s’y préparer et tu sais déjà que la journée va être longue, difficile et fatigante. En effet, c’est la frontière la plus corrompu de l’Asie du Sud Est et ici les douaniers font la pluie et le beau temps.
Il existe un seul poste frontière entre les deux pays. Celui-ci se situe à une vingtaine de kilomètres des 4000 Iles.
Pour rejoindre le Cambodge depuis le Laos, tu as deux possibilités : passer avec ton propre véhicule ou bien prendre un bus.

 

Passage à moto

Nous avons testé pour toi le passage de la frontière à moto. Je te mets tout de suite à l’aise, nous avons échoué.
Arrivés à la frontière Laos, les douaniers nous demande si l’on compte passer avec la moto, nous répondons par l’affirmative. Nous sommes alors invités à nous rendre directement au poste frontière côté Cambodge pour obtenir l’autorisation de passer avec le véhicule au service Customs and Excise.

Jusque là tout va bien… Un monsieur nous reçoit dans son bureau et là tout bascule.
La première question qui nous est posée est : « De quelle nationalité êtes vous ? »
Nous avons peut-être fait l’erreur de dire que nous sommes Français vu que la réaction du douanier ne se fait pas attendre et il nous dit que nous ne pourrons pas passer avec la moto. Son explication est qu’il nous faut un papier de Phnom Penh – que l’on ne peut obtenir qu’à Phnom Penh – pour demander l’autorisation de faire entrer le véhicule dans le pays.

L’ambassade que nous avions contactée avant de passer la frontière, nous avait confirmé qu’il n’y avait aucune loi qui interdisait le passage des véhicules mais qu’il faudrait probablement graisser la pâte du douanier.
Trucs et astuces : Si tu tentes l’expérience essaies de dire que tu es Suisse, Belge ou Canadien histoire de mettre plus de chance de ton côté.
Nous discutons avec le douanier pour tenter de le convaincre de nous laisser passer mais rien n’y fait, pas même la mention de l’ambassade qui finalement l’a mis dans une rage folle et il nous a demandé de sortir de son bureau en hurlant. Oups, on dirait qu’il a perdu la face le monsieur …

Fières que nous sommes, nous campons sur place pendant cinq longues heures en allant régulièrement voir notre ami le douanier histoire de comprendre pourquoi il ne veut pas nous laisser passer et aussi lui proposer un peu d’argent.
Après plusieurs « Go back to Lao », sa réponse finale sera : « De toute façon je n’aime pas les français vous ne respectez pas les règles » – dit l’homme corrompu…
Nous finissons pas abandonner, complètement dégoutés et avec l’envie de ne surtout pas visiter ce pays.
Du coup, retour à Don Det pour vendre la moto.

 

Passage en bus

Tu l’auras compris, finalement c’est en bus que nous avons passé la frontière et je pense que c’est la seule solution pour passer cet endroit de malheur.
Arrivés à la station de bus, on nous donne toute la paperasse à remplir : fiche de sortie du territoire côté Laos et fiche d’entrée côté Cambodge.
Nous remplissons sagement les papiers, puis nous remarquons que les passagers donnent tous leur passeport à l’accompagnateur du bus.
Il m’informe que c’est plus simple de lui donner le passeport pour qu’il s’occupe lui même de nous faire le VISA moyennant 10$ supplémentaires. Je lui dis que nous passerons la frontière par nous même, et il m’apprend que de toute façon ça sera le même prix sur place. C’est ce que nous verrons…
Au bout de trente minutes de route, nous sommes arrêtés au poste frontière du Laos. Sur une trentaine de personnes, nous sommes seulement quatre à descendre du bus : nous et un couple de Suisse.

 

Première étape : Le tampon de sortie du Laos

Ceci est une prise d’otage ! Tu n’obtiendras ton tampon de sortie que si tu donnes 2$ à la dame derrière la vitre.
Si tu ne veux pas payer ces 2$, car comme nous tu estimes que c’est du vol et une prise d’otage, il vas falloir t’armer de patience pour faire craquer la douanière.
Nous sommes restés quinze minutes à essayer de les convaincre de nous laisser passer gratuitement. Nous avons finalement obtenu un discount de 1$ par personne. Ils sont durs en affaire !
Trucs et astuces : Si tu as des enfants, fais les chanter la reine des neiges pendant dix minutes et peut-être que tu passeras sans frais ! Un petit peu de harcèlement ça ne peut pas leur faire de mal, surtout quand tu vois les bijoux qu’ils peuvent s’offrirent sur le dos des voyageurs et des locaux !

 

Deuxième étape : La prise de température

Alors là, c’est simple. Il faut ton carnet de santé internationale avec toi. Avec ce précieux sésame tu passes sans payer. Dans le cas contraire, c’est 1$ la « prise de température ». En réalité, on te donne simplement un papier pour dire que tu n’es pas malade mais je te rassure ce n’est pas un médecin qui te le délivre.
Pour info : Le douanier n’a même pas vérifié les vaccins à l’intérieur, il lui fallait juste le carnet, qu’il a regardé de loin.

 

Troisième étage : Le tampon d’entrée au Cambodge

C’est à ce moment précis que ça se corse. Le prix du VISA est de 30$, sauf qu’au guichet on te demande 35$ pour les « frais de tampon ». Et oui, 5$ supplémentaires directement dans la poche des douaniers.
Si tu souhaites te battre pour ne pas cautionner cette escroquerie, et ne pas payer les 5$, bon courage ! Mais certains avant toi ont essayé et ont réussi. Le faux appel à l’ambassade est encore le truc qui fonctionne le mieux. Si en plus, tu te penches et fait semblant de noter le nom du douanier, il va être excédé et mettre ton passeport en fin de file. Un peu de patience et de persévérance et tu passeras en payant seulement les 30$ réglementaire.
Nota : Prévois une photo d’identité qui sera à accrocher au dossier d’entrée au Cambodge. Si tu n’as pas cette photo, j’ai bien peur qu’on te demande encore un peu d’argent…
On t’avoue, qu’après l’épisode de la moto, nous avons été un peu dépités et on n’avait pas la force de se battre contre eux. Du coup on a payé les 35$ sans se plaindre… Mais on n’en est pas fiers.
Résultat pour un passage sans corruption le VISA te revient à 30$, pour un passage par tes propres moyens avec corruption il te revient à 38$ – au pire des cas, nous on a payé 36$, pour un passage avec l’accompagnateur du bus ça te revient à 40$.
A noter tout de même, qu’ils sont tous de mèche, même l’agent censé être là pour aider les touristes, ainsi que le chauffeur de bus qui risque fort de partir sans toi si tu traines un petit peu trop.
Mais je te rassure, le temps que l’ensemble des passeports des autres passagers du bus soient tamponnés tu as bien 2h devant toi pour te battre contre la corruption.
Le comble de tout ça, c’est que nous avons passer le contrôle d’identité : prise des empreintes et reconnaissance faciale pour vérification du passeport biométrique. Tandis que les personnes restés dans le bus, n’ont eu aucun contrôle. Tu pourrais passer la frontière avec le passeport de ta grand-mère qu’ils ne s’en rendraient même pas compte.
VIVE LA CORRUPTION !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :