CHIANG MAI

L’arrivée en Thaïlande est assez particulière, nous sommes très surpris par l’occidentalisation du pays. En effet, Chiang Mai est un réel mixte entre l’Europe que nous connaissons et l’Asie que l’on découvre depuis 2 mois.
Nous devons admettre que c’est plutôt commode pour nous, même si nous avons trouvé un gros manque d’authenticité. Bien-sûr, on ne peut pas exiger d’un pays qu’il n’évolue pas comme ceux de l’Europe sous prétexte que l’on veuille un peu d’exotisme. Mais tout de même, nous sentons que les touristes et les expatriés ont changé cette ville, pour qu’elle ressemble d’avantage à leur environnement – simple analyse personnel, aucun jugement n’est porté.
Anecdote : Malgré la forte volonté de manger autre chose que des noodles, nous n’avons pas craqué pour le Mcdonald qui nous tendait les bras à la sortie de l’avion !
Ne sachant pas trop quelles étaient les activités à faire à Chiang Mai, ou les lieux à ne pas manquer, nous avons fait le tour des blogs de voyageurs – c’est assez pratique d’ailleurs !
Il en est ressorti, qu’il était impensable de venir dans cette ville sans faire de cours de cuisine. En effet, Chiang Mai est la capitale culinaire de la Thaïlande. Et puis, bien évidemment, nous n’échappons pas à la visite de quelques temples. Mais nous notons également que la région regorge de cascades, et ça c’est vraiment quelque chose qui nous branche plus que la visite de sites religieux.
Nous décidons donc d’organiser nos trois jours à Chiang Mai à partir de ces éléments.

 

Cours de cuisine

Nota : La plupart des cours de cuisine sont proposés sur une demi-journée ou une journée complète. Le choix dépendra de ton budget et du temps dont tu disposes. Nous avons décidé de faire la demi-journée pour une question de budget mais il s’est avéré que l’on a été débité que de la moitié de la somme – ce qui est un sacré gain vu que le prix de la demi-journée est d’environ 22€ par personne.
Sur les conseils de novomonde, nous avons choisi de faire notre cours de cuisine chez Mama Noï, et nous n’avons pas été déçus !
La journée commence par un petit tour au marché, où l’on nous explique avec quels ingrédients nous allons cuisiner, puis nous nous rendons chez Mama Noï. Le cadre est superbe, au milieu d’un jardin sous une tonnelle, nous découvrons notre espace de travail.
Une grande table est dressée, un peu plus loin un plan de travail où nous allons préparer les mets puis encore un peu loin les fourneaux.
Notre professeur du jour s’appelle Aim, nous pensons fortement – on est même quasiment certains – que c’est un lady-boy. Qu’importe, nous sommes en Thaïlande après tout, ici c’est assez commun, en tout cas cela nous amuse beaucoup.
Le menu est composé de trois catégories de plat : Fried, Soup et Curry. Dans chaque catégorie, nous avons le choix parmi plusieurs plats.
Avec Rémy, nous décidons de cuisiner des recettes différentes comme ça, en rentrant à la maison, chacun aura sa spécialité et puis cela nous permet également de découvrir d’avantage les saveurs locales.
Pour le fried, Rémy a décidé de cuisiner l’incontournable Pad Thaï, tandis que je préparais un Stir-fried chicken with cashew nuts. Notre professeur nous fait également préparer la soupe, je choisis Hot and sour prawn soup et Rémy se lance avec la Chicken with coconut milk soup.
Lorsque ces deux plats sont prêts, c’est l’heure de la dégustation. L’occasion de goûter le plat de chacun, c’est un moment très convivial avec les autres apprentis cuistos.
Hop, hop, hop ! Pas le temps de traîner, il nous reste encore un thé thaï à préparer et le curry à cuisiner.
Nous repartons sur le plan de travail, tout le monde s’affaire. Rémy a choisi le Massaman curry qu’il avait goûté la veille dans un restaurant et qu’il avait apprécié. De mon côté je tente le Khao Soy curry qui est celui le moins épicé.
Anecdote ou Drame : Après seulement trois jours, un drame se produit lors de la préparation de mon curry… Mon magnifique bracelet de Jade explose alors que j’essaie d’aplatir une gousse d’ail. L’émotion est encore forte lorsque j’écris ces lignes.
Les plats cuisinés étant assez copieux, nous n’arrivons à tout terminer et décidons de prendre à emporter ce que nous avons cuisiné. C’est ainsi, que nous repartons avec une soupe et deux curry. Nous les avons mangé le soir même et le lendemain à l’auberge de jeunesse où nous logions.
Nous te recommandons fortement l’expérience du cours de cuisine, c’est très ludique et on adore découvrir ce qui rend les plats Thaïlandais si savoureux !

Doi Suthep et Sai Yoi Waterfalls

En bons aventuriers que nous sommes, nous enfourchons notre bolide du jour – un scooter 125cc – pour nous rendre à Doi Suthep, LE temple à voir à Chiang Mai. Il est situé sur une colline à une vingtaine de minute du centre ville. La route est très belle, avec de grande courbe et quelques points de vue sur la ville en contrebas.
Nous garons la bécane au pied du temple et c’est parti pour l’ascension jusqu’à l’entrée.
Anecdote : Les petits malins ont mis le guichet pour payer l’entrée du temple tout en haut des escaliers.
Doi Suthep est en réalité un complexe tourné autour d’un stûpa doré. L’endroit dégage une ambiance particulière, on ressent une forte ferveur avec les fidèles qui tournent autour du stûpa en récitant des prières.
Bon on t’avoue que la visite de ce temple n’était qu’un prétexte. Notre but original était de nous rendre à Sai Yoi Waterfalls que l’on a repéré sur Maps.me et qui n’est qu’à quelques kilomètres à pied du lieu de culte.
Nous nous lançons donc sur les traces de ces cascades et rencontrons sur la route une jeune Allemande qui rebroussait chemin nous disant que celui-ci était un chaotique et qu’elle hésitait à traverser dans la jungle seule.
Bon bein nous, la jungle ça ne nous effraie pas, on lui propose de venir avec nous et c’est parti.
40min de marche et 1,5km plus tard, nous arrivons au pied de la première cascade. Cadre joli mais nous sommes deçus de découvrir que la baignade n’est pas possible. Ce n’est pas grave, nous continuons la route, encore 1km et nous arrivons enfin au spot idéal pour piquer une tête sous cette chaleur humide.
Nota : On trouve facilement les cascades, Maps.me indique parfaitement le chemin. De plus, il y a des « tourist information », en réalité ce sont des panneaux d’indication. Surtout ne pas faire attention au « Do not entry » écrit à l’entrée du chemin. Je t’avoue que moi je ne l’ai pas vu, et Rémy s’est bien gardé de m’en faire part, sinon on y serait peut être pas allé… Comme toute excursion en jungle, nous te conseillons de prévoir de bonnes chaussures, à part ça, la balade est accessible à tous.

Silver Temple

Nous nous faisions une joie de découvrir ce temple entièrement recouvert d’argent car il est particulièrement différent de tous ceux que nous avons pu voir durant ces derniers mois.
Mais notre excitation fut coupée nette lorsque nous avons discuté avec le vendeur de ticket d’entrée de ce site.
A l’entrée, il y a un homme qui vend les ticket, pour garantir son anonymat nous l’appelerons « le vendeur de ticket ». Juste en dessous une pancarte où est écrit « femmes non autorisées à l’intérieur ». Voici le court dialogue que nous avons eu avec cet homme (qui n’y est peut rien au passage).
  • Moi : « Je ne peux pas rentrer à l’intérieur ? »
  • Le vendeur de ticket : « Non, les femmes sont interdites à l’intérieur, elles peuvent juste faire le tour du temple. »
  • Moi : « Mais je dois quand même payer l’entrée ? »
  • Le vendeur de ticket : « Oui. »
  • Moi : « Mais je ne peux pas rentrer à l’intérieur ? »
  • Le vendeur de ticket : « Non. »
  • Rémy (arrivant à ce moment là) : « Elle ne peut pas rentrer à l’intérieur ? Et elle doit payer quand même ? »
  • Le vendeur de ticket : « Oui. »
  • Rémy : « Bon ben ciao !!! »
En ardent défenseur des droits des femmes Rémy s’opposé à cette obligation de laisser sa chère et tendre à l’extérieur pendant qu’il pouvait profiter seul de l’intérieur d’un temple.
Nous avons tout de même pu faire le tour du bâtiment – gratuitement mais d’un peu plus loin – pour prendre quelques clichés de l’extérieur qui nous suffiront largement à penser que le travail d’ornement de cet édifice est d’une qualité exceptionnelle.
Le reste de notre temps à Chiang Mai nous l’avons passé à flâner dans les ruelles de la vieille ville, qui est très agréable. Un petit tour au Nightbazar où nous trouvons notre écusson et quelques habits.
C’est une ville à l’atmosphère hippies mêlant les cultures occidentale et asiatique. On ne compte plus les salons de tatouages traditionnels au bambou ou encore les galeries d’artistes. On sent aussi que cette ville est devenue un port d’attache pour un bon nombre d’expatriés de tous horizons.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :