NGAPALI

Après l’effort, le réconfort. Par effort on entend l’énergie nécessaire pour organiser nos quelques jours de farniente à Ngapali.
Ngapali (se lit « Napali ») est encore difficile d’accès pour les backpakers car les routes sont sinueuses et que l’endroit est assez excentré des autres points d’intérêts du pays. Il faut donc prévoir un certain nombre de jours pour s’y rendre et quitter ce petit coin de paradis.
Nota : Nous ne te parlerons pas du moyen de s’y rendre en avion, car beaucoup trop onéreux par rapport à notre budget, cependant cela reste la solution la plus simple et la plus rapide. Donc, si tu as les moyens n’hésites surtout pas !
Alors comment s’y rendre, me demanderas-tu ? Et bien Ngapali ça se mérite mon ami.
Selon nous, le plus rapide est de partir de Yangon. Un bus de nuit, direct de 11h, te déposera devant ta guesthouse, ton hôtel ou ton resort – le choix de l’hébergement dépend bien évidemment de ton budget.
Par le nord, tu devras enchaîner deux bus depuis Bagan. Le voyage en bus te prendra 2 x 9 heures pour les trajets auquel tu devras ajouter le temps de la correspondance – éventuellement une nuit à Pyay.
Une dernière solution est envisageable depuis la région du Lac Inle mais là c’est trois bus minimum et ça devient long et compliqué.
Bien sûr, pour quitter la belle plage de Ngapali, c’est le même topo mais dans l’autre sens, selon où tu souhaites te rendre.
Nous avons choisi la solution Yangon – Ngapali à l’aller et souhaitant rejoindre le Lac Inle pour la suite de notre périple, nous avons fait Ngapali – Yangon – Kalaw avec deux bus de nuit et une escale de 10h à Yangon.
On te l’avait dit que ça se méritait !
Mais le réconfort est largement à la hauteur de nos attentes. A notre arrivée, nous découvrons une immense baie bordée de sable fin et de cocotiers, des barques de pêcheurs et une île verdoyante en toile de fond. La fatigue disparaît immédiatement après avoir plongé nos pieds dans cette eau turquoise à la température idéale de 28 degrés. Voilà, nous y sommes, le décor est planté, la carte postale est juste sous nos yeux.
Pour couronner le tout, nous avons dégoté un petit bungalow aux abords de la plage, au cœur du village de pêcheurs.

La proximité de ce village nous a permis d’observer avec grand intérêt la vie locale qui est quasi exclusivement tournée vers la mer et ses richesses. Dès l’aube, on peut voir revenir les bateaux les uns après les autres, chargés de la « récolte du jour ». Dès que les barques sont ancrées dans le sable, l’agitation sur la plage est un spectacle où chaque personne dispose d’un rôle bien défini.
Les jeunes hommes et aussi les demoiselles déchargent la cargaison de chaque bateau à l’aide de sceaux suspendus à un gros morceau de bambou posé sur leurs épaules.
Pendant ce temps, les femmes trient et disposent les poissons sur de grands filets déposés sur une couche de foin. Ce sont essentiellement de tous petits poissons qui y sont répandus afin de les faire sécher au soleil. Les autres prises (calamars, thons, barracudas ou autres) sont vendues séparément, au poids et surtout très rapidement aux restaurateurs du coin.
Le poisson qui aura séché durant deux jours finira lui en friture ou en salade et garnira aussi les assiettes des restaurants alentours.
Après nos petits déjeuners, nous avons apprécié être témoin de ces scènes de vie. C’est vite devenu notre balade matinale nous permettant de saisir un peu mieux la culture locale et la manière dont chacun trouve sa place dans cet environnement.
Bon on ne va pas te décrire quelle est la meilleure position pour bronzer, ni comment étaler la crème solaire. Mais si tu as peur de l’ennuie, il y a quelques activités à faire à Ngapali qui t’occuperons pour quelques demies journées.
Nous avons fait une excursion dans une barque identique à celle des pêcheurs pour un petit tour en mer. Nous avons pu profiter d’un spot de snorkelling, nous avons fait le tour de Pearl Island qui se trouve en face du village et nous avons aussi péché muni d’un fil et un hameçon, avec comme seul appât du calamar frais. Et bien figures toi que ça mort bien dans ce coin ! Nous avons ramené une bonne vingtaine de poisson en l’espace de deux heures. Ce fût une excellente matinée en la compagnie de Nan Ya Aung qui a rendu notre séjour très agréable grâce à sa gentillesse inégalable.
Bien évidement, les restaurants de bord de plage ne manquent pas. Tu pourras y déguster de délicieux homards, et poissons de toutes sortes. Ceux qui sont placés en bord de route sont moins onéreux et tout aussi efficaces, la vue en moins, mais le service toujours au top.
Tu peux aussi louer un paddle et te faire masser dans certains établissements sans compter les nombreux cocktails proposés sur les cartes des terrasses des hôtels donnant sur la plage.
L’ambiance paisible de ce lieu est accentuée par le fait que tout peut se faire en quelques coups de pédales. Chaque guesthouse dispose de vélos qui te seront prêtés ou loués. Bien te renseigner avant ton arrivée.
Il nous a manqué une journée pour aller voir un Bouddha situé au sommet de la colline qui surplombe la baie au sud du village de pêcheurs. Il est facile de s’y rendre en vélo pour y admirer un coucher de soleil mais il faudra revenir à la lueur de la lampe frontale.

0 Comments

Add yours →

One Pingback

  1. GOLDEN ROCK | PANTAIÀ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :